Soins aux pelouses

GUIDE ANNUEL DES SOINS À APPORTER AUX PELOUSES

Connaître les besoins de vos pelouses et gazons à chaque période de l’année peut vous aider à mieux gérer vos efforts pour l’obtention d’un résultat conforme à vos attentes. Savoir quand effectuer les apports d’engrais et les divers traitements vous permettront de limiter les interventions avec les meilleurs résultats possibles pour cette culture très particulière. Nous vous détaillons ci-après, saison par saison les interventions à effectuer et les choses à ne pas faire pour l’obtention d’un beau gazon.

SOINS DE PRINTEMPS DE MARS A JUIN

Pour la région grenobloise, de fin février à fin mars suivant les années, la fonte des dernières neiges et le réchauffement des températures redonne aux pelouses une fraîche couleur verte. Pendant le printemps, les pousses atteignent la fin de leur cycle de vie. Elles vont tirer sur les réserves de nutriments stockées à la fin de l’automne pour produire des tiges à fleurs. Ce processus de mise à fleur n’est en général pas perceptible du fait des tontes qui éliminent les tiges florales.
À faire : * Ratisser et ramasser toutes les feuilles et les débris pouvant se trouver sur la pelouse pour permettre un meilleur réchauffement du sol et une meilleure circulation de l’air.
* Attendre pour procéder aux premières tontes que l’herbe croisse activement et atteigne une hauteur satisfaisante de tonte située entre cinq et neuf centimètres.
* Retirer les mauvaises herbes manuellement ou par traitement thermique. Au moment de leur floraison les dicotylédones tels les pissenlits utilisent leurs réserves de nourriture, leur redémarrage sera ainsi limité.
* Commencer à arroser quand votre pelouse présente des symptômes d’assèchement. Arroser copieusement pour permettre à l’eau de pénétrer profondément dans le sol et créer ainsi les conditions d’un enracinement profond. Arroser à intervalles irréguliers en tenant compte des pluies.
*Si vous avez constaté à l’automne précédent que votre pelouse présentait des symptômes d’envahissement par les dicotylédones, vous pouvez intervenir en épandant ou en pulvérisant un désherbant sélectif anti-germinatif à mi-saison, généralement entre le 15 avril et le 20 mai. Essayez de limiter vos interventions aux parties les plus atteintes. Le désherbage manuel étant moins dangereux pour la santé de tous (plantes, sols, eaux, animaux et humains).
À ne pas faire : *À moins de disposer d’une pelouse de très grande qualité, il n’est pas forcément nécessaire d’apporter un complément d’engrais à cette période de l’année. Si vous le jugez nécessaire, apportez 30 grammes au mètre carré d’un engrais présentant un ratio de quatre unités d’azote pour une unité de phosphore et deux de potasse.
* À moins que votre pelouse ne souffre d’un problème particulièrement aigu de battance du sol empêchant l’herbe de pousser, ne pratiquez pas de scarification au printemps. Cette pratique, risque simplement d’exposer encore plus de surface de sol nu à l’action conjuguée du soleil et de la pluie et d’augmenter encore la battance du sol tout en favorisant la germination et la pousse des mauvaises herbes.

SOINS D’ETE DE JUILLET A AOUT

Pendant l’été, alors que les températures peuvent atteindre les 40°C dans notre région, les graminées les plus fragiles ralentissent fortement leur croissance. C’est le moment de s’occuper du bon état de santé des pelouses sans favoriser une croissance excessive.

À faire :
* Relever la hauteur de tonte d’un bon centimètre à 5-6 cm. Une tonte haute permettra à votre pelouse de mieux supporter le stress saisonnier et limitera la germination et la levée des mauvaises herbes d’été par l’ombre portée plus importante. Les déchets de tonte peu importants peuvent êtres laissés au sol, sauf à former des andains trop épais.
* Si vous souhaitez maintenir une pelouse bien verte et active tout au long de l’été, il vous faudra apporter de 20 à 40 litres d’eau au m2 par semaine en une ou deux fois plutôt le matin pour éviter le développement des maladies cryptogamiques dû à l’action conjuguée de l’humidité et de la chaleur lors des arrosages en soirée. Des sols légers (sableux ou caillouteux) nécessitent des quantités d’eau plus importantes que les sols lourds (argileux). Vous pouvez aussi conditionner votre pelouse à mieux supporter la chaleur de l’été en réduisant petit à petit les apports en eau jusqu’à n’apporter que 10 litres d’eau au m2 tous les dix jours.

À ne pas faire :
* Après un dernier apport limité d’engrais de 30 grammes au m2 à fin juin il vaut mieux éviter l’apport d’engrais en été. Cela permettra à l’herbe de croître doucement sans puiser trop dans ses réserves.
* Ne faites pas de semis à cette période. Votre pelouse peut paraître plus clairsemée à cette époque du fait de sa croissance et de sa densité naturellement moins importante. Rajouter de la graine pour améliorer l’aspect du gazon à cette époque ne fait que soumettre les jeunes pousses au stress dû à la chaleur et aux maladies de l’été qu’elles ne supportent pas. L’apport d’eau supplémentaire nécessité par de tels semis peut s’avérer fort coûteux.

SOINS D’AUTOMNE DE SEPTEMBRE A NOVEMBRE

Alors que beaucoup d’autres plantes arrivent doucement à la fin de leurs cycles, les pelouses semblent revenir à la vie. L’automne arrive et c’est le meilleur moment pour prendre soin de vos gazons. Avec la chute des températures (nocturnes particulièrement), l’herbe se remet à pousser plus ou moins activement. Pour les plants de graminées, c’est le moment d’accumuler des réserves qui leur seront nécessaires pour passer l’hiver et arriver au printemps en pleine forme. Vous pouvez aider la pelouse à se préparer à cette épreuve en programmant la plupart des soins à cette époque de l’année.

À faire :

* Arrosez votre pelouse convenablement. Comptez environ 20 litres d’eau au m2 hebdomadaires en tenant compte des pluies. Pour les sols légers, l’arrosage peut être effectué en une seule fois. Les sols compactés pourront recevoir la même quantité d’eau en deux ou trois fois. Arroser copieusement et à intervalles irréguliers favorise un enracinement profond des graminées et une meilleure résistance des plantes aux stress de toutes natures et particulièrement à la sécheresse.
* Au fur et à mesure du rafraîchissement des températures, la pelouse nécessitera de moins en moins d’eau et vous pouvez augmenter petit à petit le temps entre deux arrosages.
* La plupart des pelouses doivent être maintenues entre 4 et 6 cm de hauteur tout au long de l’année. Une hauteur de tonte plus importante augmente l’enracinement et réduit considérablement l’apparition des mauvaises herbes étouffées par l’ombre des graminées. Le sol est aussi mieux protégé de l’action battante du soleil et de la pluie et l’apparition des mousses restera limitée aux zones de lisières très ombragées ou la pelouse peut avoir du mal à s’installer.
* Effectuer un seul apport d’engrais de septembre à début octobre en épandant de 30 à 50 g d’engrais au m2 présentant un ratio de quatre unités d’azote pour une unité de phosphore et deux à trois de potasse.
* Contrôlez la qualité de votre pelouse pour décider parmis les interventions ci-dessous ce que vous devez faire :
* Quel est l’état d’envahissement de la pelouse par les « mauvaises herbes ». Une pelouse en bonne santé est parfaitement capable de s’opposer naturellement à son envahissement. Une pelouse qui se trouve fortement concurrencée par les « mauvaises herbes » peut être améliorée par une pulvérisation de désherbant sélectif à l’automne. Ce traitement doit être systématiquement complété par un entretien régulier visant à empêcher le retour des « mauvaises herbes ». Les pelouses peu envahies peuvent être désherbées à la main ou par le traitement ponctuel des parties en mauvais état. Les chiendents peuvent êtres traités à ce moment par traitement ponctuel avec un désherbant systémique ou par désherbage thermique. L’arrachage n’étant pas conseillé car il multiplie la plante en disséminant les rhizomes. Les parties ainsi traitées devront être complètement réensemencées.
* Le sol est-il de bonne qualité? Améliorer la texture et la structure du sol est la clé qui permet de résoudre la plupart des problèmes des gazons. Un sol de bonne qualité comporte des niveaux suffisants de nutriments, est capable de retenir suffisamment d’eau et permet une circulation d’air suffisante. Un tel sol permet au système racinaire des plantes de bien se développer et aux microorganismes de bien pouvoir décomposer les déchets de tonte. La scarification qui permet de décompacter la surface du sol doit être utilisée avec précaution dans notre région sur des pelouses clairsemées du fait de tontes excessives. Dans ce cas, il vaut mieux refaire la pelouse ou procéder à un apport de matière organique de type compost ou terreau en surface après traitement et scarification. Ce terreautage améliore la structure du sol et permet une meilleure pénétration des nutriments, de l’eau, de l’air et favorise la croissance racinaire. Sur des terrains pauvres ou en mauvais état, il faudra répéter cet apport de surface tous les ans jusqu’à obtenir satisfaction.
* Faut-il réensemencer? Si votre pelouse est clairsemée ou présente des parties dénudées, vous pouvez la réensemencer. Le meilleur moment pour notre région étant le mois de septembre après la fin des fortes chaleurs et avant le rafraîchissement trop important des températures. Les semis effectués à cette période auront le temps de germer, puis de s’implanter suffisamment pour pouvoir résister au froid avant l’arrivée de l’hiver.

SOINS D’HIVER DE NOVEMBRE A FEVRIER

Dans la région grenobloise, la pelouse peut continuer de pousser jusqu’à fin octobre début novembre, bien que la pousse puisse être peu importante et qu’elle ralentisse très rapidement dès les premières nuits plus fraîches. Le ralentissement de la croissance indique que le gazon entre dans sa période de dormance hivernale. Vous pouvez profiter de cette période pour aider votre pelouse à passer l’hiver.

À faire :

* Ramassez ou pulvérisez les feuilles et les débris pouvant se trouver sur le gazon à l’aide de la tondeuse. Les déchets de tonte s’ils ne sont pas ramassés doivent êtres uniformément répartis et ne pas former un paillage de plus de deux centimètres sur la pelouse. Les feuilles non pulvérisées ou ramassées vont conserver l’humidité et réduire la circulation d’air, provoquant la suffocation de la pelouse en augmentant le risque d’apparition de maladies cryptogamiques. À l’extrême, la pelouse peut être détruite.
* Lors de la dernière tonte, baissez la hauteur habituelle d’un centimètre et si les déchets de tonte sont trop importants, ramassez les.
* Procédez à un apport d’engrais de fin octobre à début novembre. Cet apport améliore les réserves de nourriture de la plante et favorise le reverdissement des jeunes pousses printanières. À moins qu’une analyse de sol fasse apparaître un besoin en phosphore, on apportera un engrais présentant un ratio de quatre unités d’azote pour une unité de phosphore et deux de potasse, plutôt qu’un engrais de « fonds » présentant une formulation trop riche en phosphore.

À ne pas faire :

*Ne procédez pas à un apport d’engrais après que le gazon ait cessé de pousser et sur un sol gelé.

Laisser un commentaire